Anecdote de Bipolaire sur un high #2 -Les champignons magiques

Bon. Juste avant de commencer cette folle aventure, je voudrais faire un message pour ceux qui sont dans ma situation; bipolaire, dépressif, anxieux ou peu importe…la drogue n’est pas une solution. Bien au contraire, elle accentue les symptômes de la maladie. Alors voilà c’est dit. Maintenant on peut commencer.

Il y a plus d’un an, lorsque j’étais au sommet de mon high de bipolarité, un ami humoriste me proposa de faire du “Mush” avec lui. Oui maman, j’ai consommé des champignons magiques l’année dernière, sorry. (LOL). Je me suis dit qu’il fallait que j’essaie ça au moins une fois dans ma vie. Je n’avais aucune idée de dans quoi je m’embarquais. Quand le vendeur nous les a donnés, il nous a souhaités: -Bon voyage. C’est peu dire.

Nous étions trois. Deux de mes amis humoristes et moi. On avait décidé d’aller faire ça dans le plus grand parc de Montréal: le parc Maisonneuve. C’est qu’on m’avait expliqué que pour vivre l’expérience au maximum il fallait être dans un endroit le plus vaste possible. Je crois avoir consommé quelque chose comme 2 grammes de champignons magiques. Je ne sais pas si c’est beaucoup. Tout ce que je sais, c’est que ces 2 grammes ont changé ma vie à jamais.

Nous avons patienté sur une table à pique-nique une bonne demi-heure. Je n’étais pas nerveux, car tous mes héros en ont fait: Steve Jobs, David Gilmour, Jim Morrison, Éric Lapointe…non j’déconne. Ben, je ne sais pas s’il en a fait, mais il n’est malheureusement pas sur la liste de mes idoles. Bref, comme je disais, je n’étais pas nerveux. Même que, j’avais hâte de vivre cette expérience. Un bipolaire dans sa phase high en plein trip de mush…écoute, le voyage dans le temps c’est de la petite bière à côté de ça. Puis, d’une shot, je fus frappé de plein fouet par le buzz. J’ai eu trois phases durant ce trip. La phase larve, la phase émotive et la phase exploration.

La phase larve

Je l’appelle ainsi, car j’étais incapable de bouger. Tout était plus éblouissant qu’à l’habitude. Le vert des feuilles d’arbre étaient encore plus vertes, mon chandail n’avait jamais été aussi bleu, les couleurs des fleurs étaient d’une beauté scintillante…je n’avais jamais rien vu de tel au paravant, mais j’étais incapable de bouger. J’étais couché, cloué sur le banc de la table de pique-nique. J’entendais absolument tout (en plus fort évidemment) et j’étais pleinement conscient de ce qui m’arrivait. C’est comme si mon esprit ne contrôlait plus mon corps.

Quant à mon ami, lui, il était debout tout en écoutant du métal avec ses écouteurs. Au bout d’un moment je me suis imaginé qu’il était une roche qu’on ne pouvait déplacer. Je n’ai jamais autant ri de ma vie. J’assaillais d’entrer en contact avec lui, mais j’étais incapable de parler. J’ai donc tenté de ramper jusqu’à lui tout en continuant de lui parler pour avoir son attention, mais il n’y avait que des sons incompréhensibles qui sortaient de ma bouche. J’étais exactement comme Leonardo Dicaprio dans la scène du film “The wolf of wall street” où il tente de se rendre à sa voiture complètement défoncé. J’ai été dans cet état une bonne demi-heure.

La phase émotive

Je fus finalement capable de me lever et de m’assoir sur ce foutu banc de pique-nique. J’avais aussi retrouvé la capacité de parler. Nous avons longuement discuté de la profondeur des choses mes acolytes et moi. C’était extrêmement intense. Puis, j’ai remarqué une forme sur un arbre dernière moi. Cette marque ressemblait à une araignée. Je l’ai donc baptisée: L’araignée. C’était ma nouvelle amie et je l’aimais bien. Tout en poursuivant nos discussions intenses, j’ai remarqué à nouveau une forme sur un autre arbre. La lumière qui traversait les feuilles formait sur cet arbre un genre de signe chinois. Je l’ai donc baptisé: Signe chinois. C’était aussi devenu un ami que j’aimais bien. Finalement, entre deux discussions, j’ai remarqué un arbre qui était à côté de moi. Je l’ai baptisé: L’arbre.

Ces trois amis sont rapidement devenus des points de repère. sur le moment, mais aussi concernant ma vie. Ils faisaient maintenant partie de mon univers et je tenais à eux. L’araignée, Signe chinois et L’arbre représentait les piliers de mon existence et sans eux je n’étais rien. Je m’assurais régulièrement qu’ils étaient toujours présents par peur de les perdre. À la tombée de la nuit, je fis ma ronde habituelle afin de m’assurer que mes piliers étaient toujours présents. Catastrophe! SIGNE CHINOIS N’ÉTAIT PLUS LÀ!!!!! J’étais complètement paniqué. Je le cherchais partout, mais en vain. Je me suis donc mis à crier: -POURQUOI!!!!! POURQUOI TU ME FAIS ÇA SIGNE CHINOIS!!!! QU’EST-CE QUE JE T’AI FAIT POUR QUE TU M’ABANDONNES COMME ÇA!!!!

Je me suis ensuite mis à pleurer. De la vraie tristesse. Comme si je venais d’apprendre que ma mère était décédée. Je hurlais de pleur. Jamais je n’avais pleuré avec autant d’intensité! Mon monde venait de s’effondrer…j’avais perdu un être cher que j’aimais et je ne savais pas pourquoi. J’étais blessé et j’avais le coeur gros. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps pendant une bonne demi-heure. J’ai ensuite réalisé que Signe chinois n’était qu’une ombre due au soleil qui traversait les autres feuilles et qu’il avait disparu parce que c’était maintenant la nuit. (LOL) J’ai éclaté de rire. Mais je sais qu’inconsciemment, j’ai libéré une peine bien enfouie sous mon coeur. Même en ce moment en y pensant, je sais que je me suis libéré d’une peine qui ne voulait pas sortir depuis des années.

La phase exploration

Je commençais à avoir un peu faim et je savais que mon ami avait amené quelques trucs à manger. J’ai donc bouffé tout ce qu’il avait amené. Je me suis senti tellement mal que j’ai eu envie d’aller au dépanneur pour lui acheter une surprise. L’autre personne avec nous se porta volontaire pour m’accompagner. En tout, nous avions 3,50$ à dépenser. Pour nous, nous possédions une véritable fortune. Le dépanneur était à deux minutes de marche d’où nous étions. Nous sommes donc partis sans avertir notre ami puisque nous voulions lui faire une surprise! Mais…le parc n’était plus un parc. Il était devenu une forêt maléfique. Au bout de 30 minutes, nous avons finalement trouvé le dépanneur. Par contre, pour y aller, il nous fallait traverser la rue Sherbrooke. Cette rue était évidemment devenue un obstacle dangereux ou passait d’étranges convois à une vitesse fulgurante. C’est en courant de toutes nos forces que nous l’avons traversé.

Finalement arrivé au dépanneur, j’ouvris la porte. J’ai littéralement eu l’impression que ce lieu était minuscule et qu’on ne pouvait absolument pas y aller et j’ai immédiatement refermé la porte. J’ai ensuite dis à mon amie que nous ne pouvions pas aller là-dedans en lui expliquant pourquoi et j’ai aperçus le commis qui nous regardait à travers la fenêtre avec un énorme point d’interrogation sur sa face. J’ai crié à mon amie: -COURS!!!! ILS NOUS ONT REPÉRÉS!!!! (LOL) On courrait de toutes nos forces tout en étant crampé ben raide en raison de la situation. On riait tellement qu’on a dû s’assoir. Puis, dans un moment de lucidité, j’ai réalisé qu’on était assis au beau milieu de la rue Sherbrooke. CRISS. On s’est rapidement déplacé pour se retrouver sur le terrain des pyramides olympiques, là où j’habitais. Malgré le fait que ces pyramides étaient devenues des cités plus hautes que le ciel, je me suis souvenu qu’il me restait une croquette de poulet dans mon frigo. Cet item devin mon offrande que j’avais l’intention d’offrir à mon ami pour me faire pardonner d’avoir mangé toute sa bouffe. Nous sommes donc allés dans mon appart.

Au lieu de faire chauffer la croquette congelée, je l’ai mis directement dans un grand bocal. C’était devenu une sorte de pépite d’or. Le cadeau le plus beau et le plus précieux que je pouvais lui faire! Une offrande genre, le Saint Graal. C’était plus qu’une pépite d’or, c’était la preuve de mon amitié et de mon dévouement pour lui.

Le chemin du retour fut des plus agréables. J’avais l’impression d’être dans un tableau de Mario Bross avec plein d’obstacle à franchir. Nous l’avons finalement retrouvé, 2h plus tard. (LOL). -Vous étiez où tabarnak!? S’exclama-t-il. Je lui montra alors le bocal en lui disant: -tiens, pour la bouffe que je t’ai volée, je te fais cette offrande. (Le tout à genoux bien sûr.) Il prix le bocal et sorti son contenu en me disant: -C’est quoi ça câlice!? C’est une esti croquette congelée! Tout en la jetant derrière lui. J’étais estomaqué! IL VENAIT DE GARROCHER LE SAINT GRAAL!!!!!

La finale

Après cette aventure, je me suis un peu éloigné du groupe et je me suis couché dans l’herbe afin de contempler le magnifique ciel rempli d’étoile tout en écoutant du “The Doors” et du “Pink Floyd”. J’étais en transe. J’étais bien et encore un peu défoncé. C’est ce qui a mis fin à mon trip de mush.

Maintenant, je comprends pourquoi le vendeur nous a souhaité un bon voyage.

Salut!
-Matthieu

Partager cet article sur Facebook:
Qu'en pensez-vous ?